Art historian

Julia Hountou

Julia Hountou

2009-2010
2009-2010

Julia Hountou
Period: 2009-2010
Profession: Art historian Pensionnaire en histoire de l’art à l’Académie de France à Rome – Villa Médicis pour une durée de douze mois, à compter d’avril 2009 Docteur en Histoire de l’art contemporain (qualifiée en 18 ème et 22 ème section), Julia Hountou a travaillé sur
Les Actions de Gina Pane de 1968 à 1981 dans le cadre de son doctorat soutenu à l’Université de Paris I – Panthéon – Sorbonne. Sa thèse a pris la forme d’un ouvrage intitulé
Les Actions de Gina Pane de 1968 à 1981 : De la fusion avec la nature à l’empathie sociale qui doit paraître prochainement aux éditions des Archives Contemporaines, en collaboration avec l’École Normale Supérieure des Lettres et Sciences Humaines de Lyon. Son séjour à la Villa Médicis est l’occasion d’approfondir ses recherches sur la pratique performative en Italie. Après avoir été Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche, durant deux ans, à l’Université de Marne-la-Vallée,  elle a enseigné l’art moderne et contemporain et l’histoire de la photographie à l’Université d’Evry Val d’Essonne, à l’Academic  Programs Abroad (Paris), à l’Université Inter-Âges de Créteil (Paris XII), à l’Université de Paris X – Nanterre et à l’Université Jules Verne de Picardie (Amiens). Elle a parallèlement réalisé des conférences d’art contemporain à l’École Normale Supérieure (Rue d’Ulm, à Paris), à La Ferme du Buisson (Centre d’art contemporain, à Noisiel) et à la Filature de Mulhouse. Co-auteur du livre
Gina Pane – Lettre à un(e) inconnu(e) (E.N.S. B-a, Coll. Ecrits d’artistes) avec B. Chavanne et A. Marchand, elle collabore avec diverses revues :
Etudes
photographiques. Chimères (revue des schizoanalyses fondée par Gilles Deleuze et Félix Guattari).
Ligeia, dossiers sur l’art.
La Nouvelle Revue
d’Esthétique.
Verso Arts et Lettres .
PerformArts.
Art présence. Flux News .
Turbulences vidéo.
Lunes (Réalités,
Parcours, Représentations de Femmes). Et plusieurs sites internet :
Exporevue.com, PerformArts, uneexpo.com. Auteur du catalogue de l’exposition « Rafael Mahdavi », à l’École Supérieure d’Art et de Design d’Amiens en avril 2009, elle a également contribué à la rédaction du catalogue de l’exposition
Michel Journiac (Ed. Les musées de Strasbourg et ENSB-a de Paris) en 2004. Elle participe aux travaux de l’institut des textes et manuscrits modernes (ITEM), dirigé par  Pierre Marc de Biasi (Laboratoire du CNRS et Ecole Normale Supérieure) qui se consacre à l’étude des manuscrits d’écrivains pour élucider les processus de la genèse.  Elle est ainsi membre de l’équipe « Histoire de l’art – Processus de création et genèse de l’œuvre » sous la direction de Ségolène Le Men (Prof. à l’Univ. Paris X, IUF) et Pierre-Marc De Biasi (CNRS – DR). Elle participe également aux travaux du laboratoire « Passages 20-21 / Centre d’Etudes Poétiques » dirigé par Jean-Marie Gleize (Lyon 2 et Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences humaines) en poursuivant ses recherches sur les notions d’« acte » et d’« action » dans les pratiques artistiques de la deuxième moitié du XXe siècle. Dans le cadre du « Théâtre des expositions », à la Villa Médicis – Académie de France à Rome, l’historienne d’art, Julia Hountou invite le designer de mode Pascal Gautrand, à présenter son travail, du 26 mai au 1er juin 2010. Julia Hountou présente, à travers un texte (rédigé lors de sa résidence à la Villa Médicis en 2009-2010), la démarche artistique du designer de mode, en interrogeant le processus de création et de production et en questionnant plus précisément la notion de collecte. En effet, lors de son séjour à la villa Médicis en 2008-2009, Pascal Gautrand collecte auprès des pensionnaires et du personnel  de la Villa, des vêtements qu’ils ne portent plus. Ainsi, dans le cadre du « Théâtre des expositions », le travail de collecte de vêtements se prolongera sous la forme d’un
workshop intitulé
Mani d’opera / mains d’œuvre au cours duquel, du 26 mai au 1er juin 2010, le designer de mode réalisera une performance
in situ dans le but de mettre en lumière, au fil de la semaine, les étapes de la fabrication. Les habits seront tous découpés en carrés et assemblés afin de réaliser un immense patchwork qui composera au final une mosaïque d’identités « médicéennes » recomposées, autrement dit le portrait métaphorique de toutes les personnes qui ont donné leurs costumes. Cet étendard « pixellisé » géant aboutira à une nouvelle iconographie relative à la main, comme lieu de l’humanité, scène de la personne intime, symbole de l’énergie vitale et créatrice grâce à laquelle les hommes laissent une trace.”
Julia Hountou, Villa Médicis, Rome, mars 2010 Quelques articles de Julia Hountou : Julia Hountou, « La blessure chez Gina Pane : un langage polysémique », Ligéia, XXIII° ANNÉE, N° 97-98-99-100, janvier-juin 2010, pp. 6-18. revue-ligeia.com/contenu.php Julia Hountou, « Le rôle de l’autoportrait performatif chez Gina Pane », Visage et portrait, visage ou portrait, Presses Universitaires de Paris X – Nanterre, 2010, 190 p.; pp. 63-74. pressesparisouest.fr