Ce site utilise exclusivement des cookies techniques et ne recueille pas de données personnelles. En cliquant sur « J’accepte », vous consentez à l’utilisation des cookies. Pour plus d’information, cliquez ici.

Pensionnaires depuis 1666

Tous les événements

Olivier Kosta-Thefaine

Né en 1972, celui qui se définit comme un "peintre de paysages" explore la ville par ses marges. Lorsqu’il se déplace dans l’espace urbain, Olivier Kosta-Théfaine est à la recherche des éléments qui nous échappent. Dans sa volonté de réhabiliter l’inintéressant ou le connoté, l’artiste replace dans le champ de la poésie le rapport de force souvent inextricable que nous entretenons avec la ville. Son intérêt pour le détail le guide dans ses déplacements et nourrit une banque d’images. Se considérant lui-même comme un pur produit de la ville, il se joue des clichés et transforme les références communes. Le classique est détourné au travers des techniques d'un "vandalisme cheap", ainsi lorsqu'il compose sur les trois coupoles du Palais de Tokyo un ciel calciné au briquet, inspiré des fresques des palais italiens, les graffiti des plafonds de son adolescence prennent alors les airs de peintures de la Renaissance. Artiste autodidacte, son travail a entre autres, été exposé au Palais de Tokyo (2016), à l’Abbaye de Maubuisson (2012), à la Fondation Cartier (2009), et a intégré les collections du Fonds Départemental d’Art Contemporain de l’Essonne (2013) et du Fonds Municipal d’Art Contemporain de la ville de Paris (2011).

Dans le cadre de son projet, Olivier Kosta-Théfaine propose d'observer Rome et sa banlieue, son architecture antique et contemporaine, ses clichés et ses détails cachés. L'artiste propose d'arpenter le paysage romain, de l'observer, puis isoler et archiver certains éléments de celui ci. A partir de ces morceaux choisis et par le biais d'un travail d'atelier, il suggère une lecture transversale de la Ville Eternelle et ce, en s'appuyant sur des vérités ou en détournant la réalité au travers de réinterprétations, collisions, en tissant des liens entre passé et présent, centre et périphérie.

Lien pensionnaire